Sur les traces de Marcel Pagnol (randonnée)

Massif : Garlaban (France)

Activité : Randonnée

Difficulté : Assez difficile

Altitude : 748 m

Dénivelé : 934 m

Durée : 6 h

La baume du Plantier où se loge la grotte de Manon des Sources

Description : La boucle passant par le célèbre pic du Garlaban et le pic de Taoumé plus à l’Ouest est probablement une des randonnées les plus photogéniques de la Provence : 360° d’horizon, entre la Méditerranée d’un côté et la Sainte-Victoire de l’autre, des vues à couper le souffle sur Marseille, Cassis, la Sainte-Baume et la liste n’est pas exhaustive. Il est étonnant de découvrir l’immensité désertique de la région entre Aix-en-Provence et Marseille, les jonctions entre les massifs du Pilon du Roy et du Mont-Aurélien. En prenant un peu de hauteur, la nature sauvage reprend ses droits, le silence aussi.

La randonnée commence au parking du puits de Raimu (on sera talonné par Marcel Pagnol d’étapes en étapes), près d’Aubagne. Une douce montée par une route forestière mène au col d’Aubignane où les choses sérieuses commencent. Petite descente en filant droit dans la direction du pic de Taoumé, pour tourner peu de temps après à droite en direction du Garlaban et de la grotte de Manon (des Sources !!!) ou baume du Plantier . Une indication au sol marque le changement de direction.

Petite pause dans la grotte de Manon ! 😉

Après une longue montée, on repère à droite des strates parallèles qui se distinguent nettement, et on devine que la grotte se niche ici. Faire un aller-retour pour découvrir celle-ci (indication), puis poursuivre le chemin dans le sauvage vallon des Piches. Passer le Pas Garrigue puis pousuivre vers le pic du Garlaban, bien visible. On atteint la célèbre croix blanche, et du sommet, vue plongeante sur Aubagne et les horizons environnants.

Le massif du Garlaban

Retour par le même chemin pour rejoindre la base du pic, et poursuivre sur la crête menant vers le pic de Taoumé. Route forestière d’abord, puis, depuis le col du Tube, prendre un petit chemin étroit plongeant dans le versant sauvage donnant sur Marseille. On passe le puits du Madrier bien caché dans les arbres, peu après un joli champ de blé, puis on rejoint la baume Soume, étonnante cavité par sa taille, qui fait penser à la grotte aux champignons à la Sainte-Victoire. Immense espace souterrain, avec une petite entrée qui ne paie pas de mine.

Le mont Aurélien & la Sainte-Victoire au loin

On poursuit le chemin qui serpente dans la garrigue, pour atteindre la cote 624, avec de beaux arbres et un espace dégagé. On file alors plein Sud vers le pic de Taoumé, sur une crête peu raide, qui devient de plus en plus étroite et aérienne, avec un paysage grandiose, tant côté Marseille que de la Sainte-Victoire au Nord. Après quelques petites barres rocheuses d’accès facile, on atteint le petit sommet. On poursuit alors la crête à la descente, puis on plonge à droite dans des escarpements rocheux faciles, menant à la grotte du Grosibou (ou de Marcel Pagnol !), fente à travers l’escarpement qui domine.

Le pic de Taoumé, en fin de journée

Puis on longe la crête jusqu’au pas du Loup, carrefour bien visible du haut, et on revient sur un excellent sentier vers le Nord. Ne pas le suivre très longtemps, et plonger vers le Sud de nouveau en suivant une sente au début peu marquée (repérer petits cairns). On rejoint ensuite, bien plus bas, un plus large sentier, et le suivre. Attention, quelques passages où celui-ci est peu marqué. Poursuivre toujours vers le bas, au fond du vallon du Passe-Temps (jolis prés), puis après une raide mais courte remontée vers le Nord, atteindre le col d’Aubignane, puis le parking de départ.

Longue balade (plus de 15 km), variée, avec des paysages sublimes. Un must pour la Provence. Avec un peu de chance, on peut entendre le chant des perdrix bartavelle. Petite recommandation : partir en milieu d’après-midi pour terminer en soirée, avec le coucher de soleil qui illumine tout. Solitude assurée !

Précautions : Longue randonnée sans aucun point d’eau. De nombreuses traces peuvent conduire à se perdre facilement. Être donc très attentif au cheminement, surtout entre le Garlaban et le pic de Taoumé. En été, le massif peut être interdit d’accès pour risque d’incendie.

Carte Googlemap® avec le tracé ici

Article rédigé en collaboration avec Le concombre masqué.

PARTAGER:

1 Commentaire

  1. Yves
    29 juin 2020 / 17 h 33 min

    Très belle randonnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.